La Scala
13 Boulevard de Strasbourg
75010 Paris
  • Théâtre

Sale discours

texte et interprétation David Wahl
mise en scène Pierre Guillois
  • [Théâtre]

Dates

mardi 11 juin
mercredi 12 juin
jeudi 13 juin
vendredi 14 juin
samedi 15 juin
dimanche 16 juin

Quel rapport entretenons-nous avec notre environnement et nos propres déchets et par exemple nos déchets nucléaires ? C’est la question que pose l’auteur et interprète David Wahl là la faveur de ce « spectacle-récit » mis en scène par son complice Pierre Guillois, coup de poing qui nous incite à ne pas céder au fatalisme et prendre, enfin, nos responsabilités.

Distribution

texte et interprétation David Wahl
mise en scène de Pierre Guillois

régie générale Jérôme Delporte, Jean Yves Marion

collaboration artistique et accessoires Anne Wagner

Production

Incipit

coproduction

Le Quartz – Scène nationale de Brest, La Faïencerie – Théâtre-Cinéma / Créil, Châteauvallon – Scène nationale, La Maison de la Poésie – Scène littéraire à Paris, en immersion à L’Andra, Musée Curie – L’institut Curie, au Quartz – Scène nationale de Brest, avec le soutien de L’Andra et de Big Bennes / Soignolles-en-Brie

Galerie photo

Biographies

David Wahl

Parallèlement à ses études de latin et d’histoire, David Wahl, né en 1978, entre au Conservatoire d’art dramatique du 7e arrondissement de Paris. Pendant qu’il travaille successivement dans plusieurs théâtres, il écrit ses premiers textes. En 2001-2002, Médée, sa réécriture du mythe, est présentée au Petit Odéon puis au festival de clôture de l’Académie expérimentale des Théâtres de Michelle Kokosowki. Suivent Le Chant du narcisse (aide à l’écriture de la Fondation Beaumarchais) qui est publié avec Pampres aux Éditions Archimbaud en 2004. De 2003 à 2007, David Wahl travaille au Théâtre du Rond-Point (direction Jean‑Michel Ribes) et rejoint l’agence Art public contemporain de Jean-Dominique Secondi, à l’occasion de la candidature de Nice 2013, capitale culturelle (directeur artistique Bernard Faivre d’Arcier) où il est responsable de la conception de l’exposition L’esprit du baroque appliqué à l’art contemporain. À partir de 2008, il se dédie entièrement à l’écriture scénique. Il travaille comme auteur avec Julie Bérès (Sous les Visages, 2008 – Théâtre de la Ville, Notre besoin de consolation, 2010 – Théâtre la Ville, Lendemain de fête, 2013 – Théâtre de la Ville). Il travaille également comme auteur, dramaturge ou interprète avec le chorégraphe Lucas Manganelli (Visage et Agrégat, Festival DañsFabrik 2012 et 2013), le cinéaste Damien Odoul (Méfausti, 2011) et la metteure en scène Caterina Gozzi (Le Vertige des animaux avant l’abattage de Dimitris Dimitriadis, Odéon – Théâtre de l’Europe, 2010). Il écrit également au sein de plusieurs projets éditoriaux, chez Art Book Magazine (81 renoncements, 103 chutes, 4 retours et pas un regard / anthologie sous la direction de Philippe Savoir), au livre album Ralbum d’Olivier Mellano (Édition Léo Scheer), et à L’Anthologie du rire de Résistance, Jean-Michel Ribes (Beaux Arts édition) en 2007. En 2008, Michel Crépu lui commande un article pour un numéro de La Revue des deux mondes consacré aux monstres. Ce texte, L’Évangile du monstre, est comme une préfiguration aux futures Causeries. Soutenu et produit par le Quartz – Scène nationale de Brest, David Wahl se consacre pleinement, depuis 2013, à l’écriture et à l’interprétation des Causeries. Y sont créées, avant de partir en tournée, Traité de la boule de cristal (2014), La Visite curieuse et secrète, en partenariat avec Océanopolis (2014) et Histoire spirituelle de la danse (création Festival DañsFabrik 2015). Tous ces textes sont édités aux Éditions Riveneuve/Archimbaud. Par ailleurs, David Wahl mène de nombreux ateliers d’écriture, de mises en scène et de dramaturgie, auprès des lycées et des écoles supérieures. Sa dernière création, Le Sale Discours (2017), mise en scène par Pierre Guillois, est en tournée sur la saison 2018-2019. Le texte est édité aux Éditions Premier Parallèle. David Wahl est en compagnonnage pour les saisons 2017-2018 et 2018-2019 à la Faïencerie Théâtre de Creil.

Pierre Guillois

Pierre Guillois est responsable artistique de la compagnie Le Fils du Grand Réseau. Il est artiste associé au Quartz – Scène nationale de Brest de septembre 2011 à juin 2014. Il y a créé Bigre, co-écrit et interprété par Olivier Martin-Salvin, Agathe L’Huillier et lui-même (joué près de 300 fois, dont une exploitation au Théâtre du Rond-Point puis au Théâtre Tristan Bernard – nominé en mars 2017 dans trois catégories des Molières), Le Chant des soupirs, avec la chanteuse bretonne Annie Ebrel, Nique la Misère, co-écrit avec Nouara Naghouche, Crise à l’étage (dans le cadre du Festival Les Humanités) et Terrible Bivouac. Il a également repris Le Gros, la Vache et le Mainate (130 dates dont des exploitations parisiennes au Théâtre du Rond-Point puis au Comédia) ainsi que Grand fracas issu de rien, précédemment créés au Théâtre du Peuple de Bussang dont il fut le directeur de 2005 à 2011. Dans ce théâtre, il a créé ses propres textes, dont Les Affreuses, ou Un Cœur mangé, co-écrit avec Guy Bénisty, mais aussi Le ravissement d’Adèle, de Rémi De Vos, ou Le Brame des biches, de Marion Aubert. C’est dans les Vosges que démarre l’aventure de Sacrifices avec Nouara Naghouche, un solo qui connaîtra plus de 220 représentations, en France et à l’étranger, avec deux exploitations au Théâtre du Rond-Point – théâtre qui accueille régulièrement les spectacles de Pierre Guillois depuis Les caissières sont moches, en 2003. Cette pièce caustique fut créée à Colmar où il était alors artiste associé au Centre dramatique régional d’Alsace. C’est là qu’il connaît ses premières expériences fortes avec des amateurs et crée Il nous tuera pas jusqu’à la mort et Vengeance franchement vengeance. Il y fait aussi ses premiers pas dans le lyrique avec Les Jeunes Voix du Rhin. Aventure musicale qu’il poursuit au Théâtre musical de Besançon avec Abu Hassan, de Weber, avec la Cie Les Brigands et La Botte secrète, de Claude Terrasse, et avec la compagnie de rue Les Grooms, avec Rigoletto, de Verdi. Auparavant, avec sa compagnie Le Fils du Grand Réseau, il avait alterné spectacles de répertoires et créations de textes – avec quelques incartades dans le théâtre de rue. Il fut parallèlement l’assistant de Anne Théron, Jean‑Michel Ribes et Matthew Jocelyn. Au Galop !, écrit et interprété par Stéphanie Chêne, a été jouée à Brest dans le cadre du Festival DansFabrik 2017. Opéraporno est sa dernière création, sur une musique de Nicolas Ducloux. Ce spectacle, créé en janvier 2018 au Centre dramatique Normandie-Rouen, a été présenté au printemps au Théâtre du Rond-Point.