La Scala
13 Boulevard de Strasbourg
75010 Paris
  • Théâtre

Maldoror / Chant 6

de Lautréamont
mise en scène Michel Raskine
  • [Théâtre]

Dates

vendredi 12 avril
samedi 13 avril
mardi 16 avril
mercredi 17 avril
jeudi 18 avril
vendredi 19 avril
samedi 20 avril
dimanche 21 avril
mardi 23 avril
mercredi 24 avril
jeudi 25 avril
vendredi 26 avril
samedi 27 avril
dimanche 28 avril

Vie et transfiguration de Mervyn, par Michel Raskine

« Lautréamont les chants d’Maldoror
Tu n’aimes pas moi j’adore »
Serge Gainsbourg

Le Chant 6 conclut, en un « petit roman de trente pages », l’œuvre flamboyante et solitaire d’un poète de 23 ans, Isidore Ducasse. Sous le nom de Comte de Lautréamont, il nous laisse à jamais un livre qui brûle les doigts et enflamme les cœurs, Les Chants de Maldoror. Frère en audace et liberté d’Arthur Rimbaud (après tout, huit années seulement les séparent !), Ducasse / Lautréamont invente, pour notre délice et notre effroi, la figure de Maldoror, héros hors pair, narrateur et sujet tout à la fois, fascinante incarnation du Mal. Il élabore pour l’occasion une langue étincelante et ironique, parfaite incitation à fabriquer du théâtre. Avec sérieux et humour, trois jeunes acteurs d’aujourd’hui vont donc raconter, une heure durant, la trajectoire incandescente de Mervyn, adolescent blond et anglais de « seize ans et quatre mois », dans le nouveau Paris nocturne de 1869, entre la place Vendôme et le Panthéon. Ce récit initiatique, mais aussi conte noir, balade nocturne, roman ultime, chant d’amour et chant de haine, épopée lyrique, journal intime, chronique parisienne et légende française, scénario épistolaire ou feuilleton populaire, le Chant 6 s’achève par ces mots : « Allez-y voir vous-même, si vous ne voulez pas me croire ».

Et si nous suivions cet inquiétant conseil ?

Distribution

de Lautréamont
mise en scène Michel Raskine

avec Damien Houssier, Thomas Rortais, René Turquois

lumière et régies Adèle Grépinet

avec la complicité de Marief Guittier
remerciements à Fred Bühl, Stéphanie Mathieu, Sylvestre Mercier

 

Production

Rask!ne & Compagnie

Rask!ne & Compagnie est conventionnée par le ministère de la Culture – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et reçoit le soutien de la Ville de Lyon, accueils en résidence de création aux Subsistances / Lyon, Bateau Feu – Scène nationale / Dunkerque, spectacle créé au Théâtre du Petit Louvre le 7 juillet 2017

Avec le soutien de

L’Adami

Galerie photo

Biographies

Michel Raskine

Né à Paris en 1951, Michel Raskine a dirigé le Théâtre du Point du Jour, avec André Guittier, de 1995 à 2012. Il a joué dans des mises en scène de Agathe Alexis et Alain Alexis Barsacq, Anne Alvaro, Antoine Bourseiller, Gilles Chavassieux, Petrika Ionesco, Joël Jouanneau, Manfred Karge et Matthias Langhoff, René Loyon, Gwenaël Morin, Lucian Pintillé, Roger Planchon, Guy Rétoré, André Serré, Jos Verbist, Bob Wilson, Jean-Marie Winling… et Michel Raskine. De 1973 à 1978, il est assistant de Roger Planchon au TNP de Villeurbanne. De 1982 à 1986, il travaille avec Gildas Bourdet et l’équipe des comédiens de La Salamandre à Lille. Au cinéma, il joue dans Histoire de Paul, de René Féret, Félicité, de Christine Pascal, La Lectrice, de Michel Deville, Jeanne et le garçon formidable, d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau… Avec Albert Herring, de Benjamin Britten, créé en mai 2000 à l’Opéra de Lyon, il réalise sa première mise en scène lyrique. En 2003, il met en scène Otello de Verdi, toujours à l’Opéra de Lyon. Il a mis en scène Max Gericke ou Pareille au même et La femme à barbe, de Manfred Karge,  Kiki l’Indien, comédie alpine, et Mère & fils, comédie nocturne, de Joël Jouanneau, Huis clos, de Sartre, L’épidémie et Un rat qui passe, d’Agota Kristof, La Fille bien gardée, d’Eugène Labiche, Prométhée enchaîné, d’Eschyle, L’Amante anglaise, de Marguerite Duras, Chambres d’amour, d’Adamov, Les 81 minutes de Mademoiselle A. de Lothar Trolle, Théâtres, d’Olivier Py, La Maison d’os, de Dubillard, L’Affaire Ducreux, de Robert Pinget, Au but et Le Président, de Thomas Bernhard, Barbe bleue, espoir des femmes, de Dea Loher, Elle est là et C’est beau, de Nathalie Sarraute, Les Relations de Claire, de Dea Loher, Atteintes à sa vie, de Martin Crimp, Le Chien et l’Atelier (Chien !, de Dea Loher, suivi de L’Atelier d’Alberto Giacometti, de Jean Genet), Périclès, prince de Tyr, de Shakespeare, Me zo gwin ha te zo dour ou Quoi être maintenant ? et Le Sous-locataire, de Marie Dilasser, Juste la fin du monde, de Jean-Luc Lagarce à la Comédie-Française, Le Fou et sa Femme, ce soir…, de Botho Strauss, Le Jeu de l’amour et du hasard et Le Triomphe de l’amour, de Marivaux, La Danse de mort, de Strindberg, Don Juan revient de guerre, de Horváth, au Théâtre de la Comédie Akimov de Saint-Pétersbourg. Il présente, avec les élèves de l’École de la Comédie de Saint-Étienne, Nature morte. À la gloire de la ville, de Manolis Tsipos, au Festival d’Avignon en 2014. Il crée Au Cœur des ténèbres, de Joseph Conrad, au Théâtre de l’Élysée (Lyon) en 2015 et Quartett, de Heiner Müller aux Célestins, Théâtre de Lyon, en 2016, et La Disparition, de Guillaume Canet, au TNP de Villeurbanne en 2018.

Damien Houssier

Il est né en 1984. De 1993 à 1999, il découvre sa passion pour le théâtre au sein de la compagnie Les Sales Gosses puis il poursuit sa formation à l’école Charles Dullin à Paris. Il joue ensuite dans une pièce d’Amélie Lepeytre, Lou, les yeux fermés, au Festival off d’Avignon, avant d’entrer au Conservatoire national supérieur d’art dramatique en 2005. Parallèlement à ses études, il joue en 2007 dans Le Suicidé, de Nicolaï Erdman au Théâtre de l’Athénée mis en scène par Anouch Paré. De 2008 à 2012, il travaille notamment avec Patrick Zuzalla à la Maison de la Poésie dans Philoctète & Ravachol, de Cédric Demangeot ; avec Gilberte Tsaï au Nouveau Théâtre de Montreuil dans Vassa 1910, de Maxime Gorki et sous la direction de Bernard Sobel à la MC93 dans Cymbeline, de Shakespeare. En 2009, il participe au festival Impatience au Théâtre de l’Odéon avec La Cruche Cassée, de Heinrich von Kleist, mis en scène par Thomas Bouvet, et travaille par ailleurs avec Adama Diop, Aurore Paris, Diane Scott, Marcel Bozonnet, Laurent Bazin, Maxime Kezanet, Yves Le Jeune, Michel Valmer, Samuel Vittoz… En 2010, il fait la rencontre de Sandrine Anglade avec qui il jouera successivement trois spectacles créés au CDN de Dijon, à la MCNN de Nevers et à la Scène Nationale de Besançon : L’Oiseau vert, de Carlo Gozzi, Le Cid, de Corneille, et Le Roi sans terre, de Marie-Sabine Roger. En 2011 et 2012, il travaille sous la direction de Richard Brunel à la Comédie de Valence dans Les Criminels, de Ferdinand Bruckner et de nouveau avec Thomas Bouvet dans John & Mary, de Pascal Rambert, au Théâtre de Vanves. Puis, de 2013 à 2016, il intègre le Festival des Nuits de Joux dirigé par Guillaume Dujardin où il joue des auteurs aussi divers que Shakespeare, Tchekhov, Sade ou Gombrowicz. Il travaille dans le même temps avec Charlotte et Igor Bucharles au Studio Théâtre de Vitry dans Rouge, d’Igor Bucharles ; mais aussi avec David Costé, Maëlle Faucheur et Laure-Marie Legay. Puis il retrouve en 2015 Patrick Zuzalla au Théâtre de La Commune dans une mise en scène de Ahmed Philosophe, d’Alain Badiou. A partir de 2015, il devient acteur permanent du Festival de Caves au sein duquel il travaille notamment avec Simon Vincent, Maxime Kerzanet, Raphaël Patout, Etienne Pommeret, Anne Monfort. En 2017, il joue au Théâtre de l’Echangeur La Rage/et à la fin nous serions tous heureux, par la Compagnie Le Dahu repris ensuite au CDN de Tours dans le cadre du festival WET avant de créer Maldoror / Chant 6 au Bateau Feu de Dunkerque et au festival off d’Avignon sous la direction de Michel Raskine repris ensuite aux Subsistances de Lyon et au TNP dans le cadre des Langagières 2018. Enfin, il crée à l’automne 2017 à la Comédie de Valence avec la compagnie Scena Nostra, Syndrome U de Julien Guyomard, et Immersion à l’Avant Seine de Colombes avant de reprendre au printemps 2018 Città Nuova au Théâtre de l’Echangeur et à Théâtre en Mai au CDN de Dijon, mis en scène par Raphaël Patout. Au cours de la saison 2018/2019, il créera Brèves du futur écrit par Julien Guyomard et soutenu par la Comédie de Valence ainsi que La Fierté / d’où vient cet enfant qui parle par la compagnie Le Dahu qui sera joué aux Plateaux Sauvages à Paris.

Thomas Rortais

Il est né à Vesoul en 1992. À partir de 2008, il fait ses classes aux Conservatoires de Mulhouse, de Colmar et de Lyon, avec entre autres, Jean-Marc Eder, Philippe Sire, Laurent Brethome et Magali Bonat. À partir de 2013, il joue dans Massacre à Paris (Christopher Marlowe, Laurent Brethome), En finir avec Eddy Bellegueule (Edouard Louis, Richard Brunel), Calderon (Pier Paolo Pasolini, Louise Vignaud), Pierre. Ciseaux. Papier (Clémence Weill, Laurent Brethome), Tailleur pour dames (George Feydeau, Louise Vignaud), Gris (Perrine Gerard, Maxime Mansion), Souterrain (Myriam Boudeni, Pauline Laidet) et dans Le Cercle de Craie (A.V.Zemlinsky, Richard Brunel). Il apparaît à l’écran dans Les Revenants (Canal+) et dans Le Tueur du Lac (TF1) et joue le rôle de Pierre dans Alice et le Mairede Nicolas Pariser (2019). Avec Michel Raskine, il joue dans Le Triomphe de l’amour, de Marivaux, au TNP Villeurbanne et en tournée nationale 2014-2015, dans Au Cœur des ténèbres, de Joseph Conrad, au Théâtre de l’Élysée à Lyon et au Théâtre du Petit Louvre à Avignon, et dans Quartett, de Heiner Müller, aux Célestins, Théâtre de Lyon en 2016. Cette saison, Thomas Rortais jouera sous la direction de Baptiste Guiton pour la création d’Après la fin de Dennis Kelly au TNP Villeurbanne et lors de la saison 2019-2020, sous la direction de Julie Deliquet pour la création d’Un Conte de Noël d’Arnaud Desplechin à la Comédie de Saint-Étienne.

René Turquois

Né en 1986 à Châtellerault, René Turquois participe depuis l’âge de cinq ans à diverses productions dans la Vienne, en parallèle de sa scolarité. En 2006, il rentre au Conservatoire de Tours, où il travaille notamment avec Philippe Lebas, Christine Joly, Cyril Casmèze, Vincent Dissez, Arnaud Pirault et Alain Bézu. En 2009, il intègre L’École de la Comédie de Saint-Étienne, École supérieure d’art dramatique, sous la direction de Jean-Claude Berutti, puis d’Arnaud Meunier. Il y travaille entre autres avec Valérie Bezançon, Antoine Caubet, Delphine Gleize, Jean-Marie Villégier, Lev Dodine et Olivier Py. Durant sa formation, il joue également sous la direction de Gwenaël Morin (Introspection, de Peter Handke), Michel Raskine (Don Juan revient de guerre, d ‘Horváth), François Rancillac (Lanceurs de graines, de Jean Giono) et Robert Cantarella (Un jeune se tue, de Christophe Honoré, Festival d’Avignon 2012). Sorti de l’école en 2012, il a joué avec le Collectif X dans Le Soulier de Satin, de Claudel, mis en scène par Kathleen Dol, dans le cadre du théâtre permanent de Gwenaël Morin au Théâtre du Point du Jour. Il a travaillé à deux reprises avec l’auteur-metteur en scène Valère Novarina pour L’ Atelier Volant et Le Vivier des Noms, ainsi qu’avec Arnaud Meunier pour Chapitres de la chute : Saga des Lehman Brothers, de Stefano Massini, puis pour Le Retour au Désert, de Bernard-Marie Koltès, où il rencontre Catherine Hiegel qui lui proposera de rejoindre l’équipe des Femmes Savantes, de Molière, au Théâtre de la Porte Saint-Martin. Par la suite, il travaillera de nouveau avec Michel Raskine pour Maldoror / Chant 6 de Lautréamont. L’été 2018, il rejoins la compagnie Mala Noche, dirigée par Guillaume Dujardin, pour jouer Antoine dans Antoine et Cléopâtre de Shakespeare dans le cadre de la première édition des Nuits Shakespeare à Pamiers.