La Piccola Scala
13 Boulevard de Strasbourg 75010 Paris
  • Musique
  • Théâtre

Madrigal Festin

Lili Aymonino et Ariane Issartel
Privilège Mélomane
  • [Chant]
  • [Musique]
  • [Théâtre]

Dates

mardi 24 mai La Piccola Scala
mercredi 25 mai La Piccola Scala
mercredi 1 juin La Piccola Scala
mardi 7 juin La Piccola Scala

Un lendemain de fête, peut-être. Sur une table encombrée se côtoient partitions froissées, reliefs de repas, fleurs fanées, jeu de cartes, et un violoncelle. Ce cabinet de curiosités, mi-chambre mi-cuisine, c’est là que se réunissent deux musiciennes. Si elles semblent tout d’abord être là pour une répétition, très vite les choses prennent une autre tournure. D’autres mélodies surgissent, convoquées par un mot, la manipulation d’un objet ou un clin d’œil complice… toutes ces mélodies qui entêtent et que l’on finit par faire siennes. C’était quoi déjà ? C’était quand, avec qui ?

Les deux musiciennes voyagent d’un « tube » à l’autre – pop des années 1990, lamento baroque ou mélodies traditionnelles hongroises – dans une suite d’arrangements-dérangements originaux pour voix et violoncelle. Sous leurs doigts, véritable terrain de jeu, la table se transforme tour à tour en plan de travail, perchoir et même petit théâtre ambulant. Et si l’on y parle parfois d’amours déçues, la mélancolie ne dure jamais longtemps, c’est le plaisir de jouer qui prend le dessus.

Distribution

Lili Aymonino – chant  
Ariane Issartel – violoncelle, chant  

Production

Avec le soutien de

CNM
SPEDIDAM

Partenariat

Théâtre des Déchargeurs

Biographies

Lili AYMONINO – Chant 

Fille de chanteurs traditionnels basques et occitans, Lili pratique très vite le jeu et le chant sur scène avant d’intégrer les choeurs d’enfants de l’Opéra de Bordeaux. Titulaire d’un DEM de chant lyrique, elle étudie en cycle concertiste au CRR de Paris avec Elsa Maurus, et Stéphane Fuget en musique baroque française. Elle se perfectionne auprès de Françoise Pollet, Jean-Philippe Lafont, Jean-Christophe Spinosi, Yann Beuron ou encore Regina Werner et remporte le 1er Prix de l’Académie de Flaine. En 2021, elle enregistre pour le label « Château de Versailles Spectacles » les Grands Motets de Lully avec les Epopées, le rôle de Mathilde dans Giulietta et Romeo de Zingarelli avec l’Orchestre de l’Opéra Royal de Versailles et les rôles de l’Amour et Témire dans Scylla et Glaucus de Leclair avec Il Giardino d’Amor. Elle interprète Minerve dans une adaptation d’Il ritorno d’Ulisse in patria de Monteverdi, et joue dans le conte musical Tous les présents du Soleil avec l’ensemble Aïgal, puis revient au Château de Versailles pour une série de concerts en déambulation avec les Folies Françoises. En 2022, elle fait ses débuts à l’Opéra de Tours dans la Caravane du Caire de Gretry dans le rôle de l’Esclave française. 

Initiée au Soundpainting, elle pratique l’improvisation libre et dirigée, notamment dans la performance « Récital pour un masseur » de Tal Isaac Hadad au Musée d’Art Contemporain de Lyon. Elle est aussi chanteuse et comédienne au sein de la Compagnie des Xylophages, pour laquelle elle invente des formes musicales avec Ariane. 

Ariane ISSARTEL – Violoncelle, chant 

Ariane Issartel étudie le violoncelle au Conservatoire du 12e (Paris) avec Philippe Bary, et obtient en 2012 à l’unanimité son DEM de violoncelle et musique de chambre au CRR de Paris. Elle se perfectionne ensuite au CRD d’Aulnay-sous-Bois, et continue de se former auprès d’Aurélien Sabouret, Samuel Etienne et Damien Ventula. Elle est membre du trio Philéa, 1er prix du concours de musique de chambre Sforzando en 2014, et elle écrit aussi de la musique pour des documentaires diffusés sur France 3. 

Ariane centre l’essentiel de son travail sur la relation entre la musique et le texte. Elle est metteure en scène de la Compagnie des Xylophages, créée en 2015, dont tous les membres sont chanteurs ou musiciens, et avec qui elle crée quatre spectacles (Caligula, Alice, Le Songe d’une nuit d’été, A.T.A.X.). Elle collabore régulièrement avec des compagnies théâtrales en tant que compositrice/interprète pour de la musique de scène (K-mille, m.e.s. Anaëlle Queuille, 2019 ; Cyrano de Bergerac, m.e.s. Sébastien Jégou-Briant, 2020 ; Un Breton ne meurt jamais, création collective de la Cie des Evadés, 2022), et s’intéresse aussi à la mise en scène d’opéra, avec L’enfant et les sortilèges (Paris/ Briare, 2018) et La Flûte enchantée (Festival Musique en ré, 2019). En 2021, elle est accueillie avec la claveciniste Jeanne Jourquin à l’abbaye de Royaumont pour la création d’un spectacle autour des lettres de Mme de Sévigné, prévu pour juin 2022. 

Ariane mène également ce travail sous l’angle académique avec une thèse portant sur la présence du chant dans le théâtre contemporain à la faculté de Strasbourg.