La Scala
13 Boulevard de Strasbourg
75010 Paris
  • Lecture
  • Théâtre

La Fin du courage

Cynthia Fleury
Une lecture avec Isabelle Adjani et Laure Calamy, mise en espace par Nicolas Maury
  • [Lecture]
  • [lecture-spectacle]
  • [Théâtre]

Dates

mardi 17 décembre
mercredi 18 décembre
jeudi 19 décembre
vendredi 20 décembre
samedi 21 décembre

Isabelle Adjani joue le rôle d’une philosophe, auteure d’un essai sur le courage. Une journaliste de télévision, Laure Calamy, souhaite l’interviewer. Au travers de quatre actes, quatre situations – le domicile de l’auteure, le plateau de télévision, le bureau universitaire, la montagne –, les deux personnes se rencontrent, se jaugent, s’interpellent sur leurs manquements, leurs failles, leurs volontés de continuer coûte que coûte, leur misanthropie humaniste.

Deux personnages, deux idéaux-types se confrontent : l’auteure et la journaliste.

Deux manières de négocier avec le monde et leurs désirs propres. Deux manières de faire œuvre.

Comment ce qui semble opposé au départ se révèle proche et familier ?

Comment deux personnes qui sont touchées par le découragement reprennent courage ensemble ?

Pour la première fois, Cynthia Fleury adapte pour la scène l’un de ses essais philosophiques, « La Fin du courage », paru en 2010 chez Fayard.

 

« Première règle. Pour reprendre courage, il faut déjà cesser de chuter.
Deuxième règle : il faut accepter de prendre son temps.
Troisième règle : Il faut chercher la force là où elle se trouve.
Quatrième règle : faire face à la vulgarité du monde. Tenir. Sourire. Se tenir prêt. »

Distribution

Version théâtrale de Cynthia FLEURY

Avec Isabelle ADJANI et Laure CALAMY
Mise en espace de la lecture Nicolas MAURY

 

 

Production

La Scala Paris – Squares Productions Internationales

Galerie photo

Biographies

Isabelle Adjani

Isabelle Yasmine Adjani est l’une des plus grandes actrices françaises dont le talent est reconnu internationalement. Née à Paris de père algérien et de mère allemande, elle commence à jouer dès son plus jeune âge. À 17 ans, elle est invitée à rejoindre les rangs de la Comédie-Française, ce qui fait d’elle la plus jeune actrice à avoir rallié la prestigieuse institution. Isabelle Adjani est la seule actrice française à avoir reçu à cinq reprises le César de la meilleure actrice pour ses films Possession (réa. Andrzej Zulawski, 1981), L’été meurtrier (réa. Jean Becker, 1983), Camille Claudel (réa. Bruno Nuytten, 1988), La reine Margot (réa. Patrice Chéreau, 1994), La journée de la jupe (réa. Jean-Paul Lilienfeld, 2009). Elle a été nommée à deux occasions aux Oscars pour ses rôles dans les films Adèle H (réa. François Truffaut) et Camille Claudel et a été doublement primée au Festival de Cannes pour ses prestations remarquées dans les films Possession et Quartet (réa. James Ivory). Son dernier film Le Monde est à toi (réa. Romain Gavras) est sorti en 2018. Mère de deux fils, Isabelle Adjani est également une femme d’engagement. À ce titre, elle a accepté d’être l’égérie monde de la marque L’Oréal Paris. Elle est investie de toute l’énergie qui la caractérise lorsqu’il s’agit de défendre un projet, qu’il soit social ou cinématographique, avec des valeurs qui lui tiennent à cœur.

Laure Calamy

Laure Calamy se forme au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris, notamment sous la direction de Catherine Hiegel et Olivier Py. Elle y fera également la connaissance de Vincent Macaigne. Cette rencontre marquera le début de leur collaboration au théâtre comme sur les écrans . Elle retrouvera Olivier Py à plusieurs reprises sur scène dans Orlando ou l’impatience, Les Parisiens et travaillera également avec la metteure en scène Pauline Bureau sur la création collective Modèles. En 2018, elle obtient le Molière de la comédienne pour son interprétation dans la pièce Le Jeu de l’amour et du hasard mise en scène par Catherine Hiegel. Au cinéma, elle multiplie les rencontres, de Guillaume Brac dans Un monde sans femme, film pour lequel elle recevra plusieurs prix, en passant par Zouzou de Blandine Lenoir. On la retrouve dans plusieurs sélections cannoises avec deux films de Justine Triet, Victoria et Sibyl, avec Ava de Léa Mysius ou encore avec Alain Guiraudie dans le film Rester vertical. On a pu la voir plus récemment dans les films de Julien Guetta Roulez Jeunesse et de Emmanuel Mouret Mademoiselle de Joncquières. Elle est actuellement à l’affiche du film de Dominik Moll Seules les Bêtes et en tournage de la saison 4 de la série Dix pour cent et de la série La Flamme de Jonathan Cohen. On la retrouvera enfin prochainement à l’affiche du film de Mohamed Hamidi Une belle équipe et dans le rôle principal du film Cévennes de Caroline Vignal.

Nicolas Maury

Diplômé du Conservatoire national de Bordeaux, puis du Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris, Nicolas Maury travaille sur scène avec de grands metteurs en scène (Daniel Mesguich, Robert Cantarella, Florence Giorgetti et Catherine Hiegel). Abonné au cinéma d’auteur, il tourne sous la direction de Patrice Chéreau (Ceux qui m’aiment prendront le train), Philippe Garrel (Les Amants réguliers et Un été brûlant), Olivier Assayas (Paris je t’aime), Rebecca Zlotowski (Belle épine et Planétarium), Valéria Bruni Tedeschi (Un château en Italie), Riad Sattouf (Les Beaux Gosses et Jacky au royaume des filles). Michaël Buch lui confiera le rôle principal de Ruben dans sa comédie burlesque Let my people go !, ce qui lui vaudra une nomination pour le César du meilleur espoir masculin. Yann Gonzalez lui confie un rôle à sa mesure dans Les Rencontres d’après minuit et Un couteau dans le cœur plus récemment, tous deux sélectionnés au Festival de Cannes. Pascal Bonitzer l’a dirigé cet automne dans Les Amis des amis. C’est avec le rôle d’Hervé André-Jesack dans la série Dix pour cent en 2015 qu’il acquiert une notoriété auprès du grand public. Il réalisera prochainement son premier long métrage, Garçon chiffon.

Cynthia Fleury

Cynthia Fleury, professeur au Conservatoire national des arts et métiers, titulaire de la chaire « Humanités et Santé », est également professeur associée à l’École des Mines (PSL/Mines-Paristech). Sa recherche porte sur les outils de la régulation démocratique. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Dialoguer avec l’Orient (PUF, 2003), Les Pathologies de la démocratie (Fayard, 2005 ; Livre de poche 2009) et La fin du courage (Fayard, 2010 ; Livre de poche, 2011), Les Irremplaçables (Gallimard, 2015). Elle a longtemps enseigné à l’École Polytechnique et à Sciences-po Paris. Elle a été présidente de l’ONG Europanova, organisatrice des États Généraux de l’Europe (plus grand rassemblement de la société civile européenne). Elle assure aujourd’hui la fonction de vice-présidente. Elle est le plus jeune membre du Comité consultatif national d’éthique (CCNE). Elle est également membre fondateur du réseau européen des femmes