La Scala
13 Boulevard de Strasbourg
75010 Paris
  • Théâtre

Iliade

d'après Homère
adaptation et mise en scène Pauline Bayle
Iliade + Odyssée
  • [Théâtre]

D’un côté les Grecs, de l’autre les Troyens. 24 chants et 15 337 vers pour raconter six jours et six nuits d’une guerre qui dure depuis neuf ans et ne se terminera qu’un an plus tard. Des destins multiples qui s’entremêlent dans un mouvement allant de la colère teintée de fer à la compassion trempée de larmes.

Distribution

d’après Homère
adaptation et mise en scène Pauline Bayle

avec Manon Chircen, Soufian Khalil, Viktoria Kozlova en alternance avec Najda Bourgeois, Mathilde Méry, Loïc Renard

scénographie Camille Duchemin, Pauline Bayle

lumières Pascal Noël

costumes Camille Aït

Production

coproduction

Compagnie À Tire-d’aile, Théâtre de Belleville, Label Saison, avec le soutien de Plateau 31 – Fabrique de culture de Gentilly, Shakirail, l’association Rue du Conservatoire – Élèves et Anciens Élèves du CNSAD, Arcadi Île-de France et de Fontenay-en-Scènes / Fontenay-sous-Bois

avec le dispositif d’insertion

de l’École du Nord soutenu par la Région Hauts-de-France et le ministère de la Culture

Avec le soutien de

 

Dans les médias

Pauline Bayle reprend son diptyque homérien en mélangeant les hommes, les femmes et les dieux dans un tumulte moderne et épique. Elle nourrit l’épique à peu de frais et avec beaucoup de cœur. Il y a du sang, des larmes et le fracas des vagues. De quoi revenir embarquer pour "l’Odyssée".

Le Figaro.fr - Jean Talabot, 27 mai 2019

Un spectacle triplement réjouissant. Ce diptyque fantastique revisite Homère avec une belle audace. Adaptation, décor minimal, mise en scène... Pauline Bayle orchestre tout avec simplicité et virtuosité. Héroïque !

Elle - Anna Nobili, 17 mai 2019

"L’Iliade" et "l’Odyssée" revisitées avec une audace radicale. Un passionnant diptyque servi par une jeune troupe inventive.

Lesinrocks.com - Patrick Sourd, 20 mars 2019

Pauline Bayle se révèle aussi virtuose dans la mise en scène de poèmes antiques que dans l'adaptation de fables modernes. Son éblouissant diptyque homérique "l'Iliade" et "L'Odyssée" lui a valu le prix de la révélation du Syndicat de la critique.

Les Echos - Philippe Chevilley, 22 mars 2019

Avec un dispositif scénique minimal et astucieux, Pauline Bayle met en scène ces deux grands poèmes épiques, faisant le récit drôle et tragique de ces femmes et ces hommes tentant d’échapper à leurs souffrances.

La Nouvelle République - 25 avril 2019

Pauline Bayle, metteuse en scène, et cinq jeunes comédiens s’emparent avec intelligence, force et talent de « l’Iliade » d’Homère. La lecture est claire et ne nous perd jamais, passant des rôles féminins aux rôles masculins chacun est tout à la fois délicieusement drôle sans être jamais lourd ou vulgaire et nous touche au plus profond dans quelques magnifiques scènes empreintes d’humanité et de poésie. La mise en scène de Pauline Bayle est sacrément astucieuse et d’une redoutable efficacité. Les comédiens incarnent avec force et violence la souffrance de ces hommes et leur vulnérabilité grâce au minimalisme des effets qui permet aux comédiens un jeu animal et organique.

Lebruitduofftribune.com - Pierre Salles, 20 mai 2019

Trois ans après sa création au Belleville, La Scala Paris programme le diptyque de Pauline Bayle. Nous retrouvons la puissance et la magie de l’œuvre à la scénographie minimaliste et pure. Le décor est minimaliste, les lumières sont aiguisées. Ils accueillent le jeu agressif ds 5 comédiens, un jeu façonné aussi d’une tendresse parfois chorégraphique. Le tout crée un geste théâtral d’une pureté rarement égalée. Les comédiens sont épatants et inoubliables. Ils investissent le texte avec une virtuosité époustouflante. Ce diptyque est une œuvre maîtresse par sa pureté, son inventivité, sa fluidité et son esthétique galvanisant.

Toute La Culture.com - David Rofé-Sarfati, 28 mai 2019

Galerie photo

Biographies

Pauline Bayle

Après cinq ans d’études à Sciences-Po Paris, Pauline Bayle rentre au Conservatoire national d’art dramatique en 2010 où elle étudie notamment aux côtés de Nada Strancar, Caroline Marcadé, Éloi Recoing et Jean-Paul Wenzel. Depuis, elle a travaillé comme comédienne avec Christian Schiaretti (Le Roi Lear), Sandrine Bonnaire (Le Miroir de Jade) et Gilles David (Clouée au sol). Elle a également tourné sous la direction de Yann Le Quellec (Le Quepa sur la Vilni), Avril Besson (Mère Agitée), Victor Rodenbach (Petit Bonhomme) et Vianney Lebasque (Les Grands). Parallèlement, Pauline Bayle écrit et met en scène deux pièces, À Tire-d’Aile et À l’Ouest des terres sauvages  avant d’adapter et mettre en scène L’Iliade d’Homère en 2015 au Théâtre de Belleville. L’Iliade sera repris au Festival Impatience puis en tournée la saison suivante. En octobre 2017, Pauline Bayle adapte et met en scène Odyssée, un spectacle qui fonctionne comme la deuxième partie d’un diptyque commencé avec L’Iliade. Co-produit par la MC2 de Grenoble, la Scène Nationale d’Albi et La Coursive de la Rochelle, le spectacle sera accueilli par le Théâtre de la Bastille à Paris ainsi qu’en tournée tout au long des saisons 2017-2018 et 2018-2019. Son dyptique lui a valu en juin le prix « Révélation théâtrale de l’année » du Syndicat de la critique. En mars 2019, Pauline Bayle mettra en scène une adaptation de Chanson Douce, de Leïla Slimani, au Studio de la Comédie-Française avec des comédiens de la troupe.

Manon Chircen

Originaire du Sud de la France, Manon écrit et met en scène Mon vacarme fut silencieux, qui obtiendra le prix du meilleur travail de fin d’études et de meilleures comédiennes, au Festival des Automnales (2012) du Cours Florent, où elle termine alors sa formation. La même année, elle participe au prix Olga Horstig, dirigé par Olivier Tchang-Tchong, au Théâtre des Bouffes du Nord. Elle fait sa rentrée au Conservatoire en 2014 et, l’année d’après elle écrit Morsure, sa deuxième création qui remporte le prix Marta du jury professionnel du Festival Setkani / Encouter de Brno en République tchèque. C’est au Festival IN d’Avignon 2017 qu’on la retrouve dans Roberto Zucco, mis en scène par Yann-Joël Collin, L’Impromptu 1663, mis en scène par Clément Hervieu-Léger ou encore dans le feuilleton On aura tout de Christiane Taubira et Anne-Laure Liégeois. En janvier 2018, elle joue au Théâtre de l’Épée de Bois dans Les Bacchantes, d’Euripide, mis en scène par Bernard Sobel.

Soufian Khalil

Soufian se forme au Conservatoire de Nogent-sur-Marne (Serge Franco), au Conservatoire de Vincennes (Laurent Rey) et à l’Académie internationale des arts du spectacle (direction Carlo Boso et Danuta Zarazik). Depuis 2007, il travaille pour différentes compagnies et structures en tant que comédien, auteur ou metteur en scène (La Compagnie du Mystère Bouffe, Le Théâtre en Stock, La Compagnie à Bulles, La Compagnie Masquarades, La Compagnie des Marlins). Au théâtre, il joue notamment sous la direction de Robert Hossein (Ben-Hur), Carlo Boso (Arlequin valet de deux maîtres ; Fuente Ovejuna), Gilbert Bourébia (Le Marchand de Venise), Maryline Klein (Une fantaisie du Docteur Ox) et Ismaël Saïdi (Djihad, tournée 2017-2018).

Viktoria Kozlova

Originaire de Lettonie, Viktoria arrive en France à 18 ans et rejoint Paris trois ans plus tard. Elle intègre le cours Florent, dont elle suit la formation du cycle professionnel avant d’être admise sur concours à La Classe Libre. Depuis, elle joue sous la direction de Julien Kosellek dans Push up de Roland Schimmelpfennig (L’Étoile du nord, 2014), Le Songe d’une nuit d’été, de Shakespeare (Esquisse d’été – La Roche-sur-Yon, 2015), Angelo, tyran de Padoue de Victor Hugo (L’Étoile du nord et tournée, 2013-2015) et crée Kohlhaas, monologue de Marco Baliani. Au théâtre, elle travaille également avec Paul Desveaux, Sophie Mourousi, Clémence Labatut, Guillaume Clayssen, Tatiana Spivakova, Laurent Brethome. Au cinéma, elle tourne dans plusieurs longs métrages : Le Tournoi d’Élodie Namer (2015), Même Pas Mal de Jérémy Trequesser et Maxime Roy (2013). Elle participe également à de nombreux courts métrages sous la direction de Luc Martin, Kevin Nogués et Vincent Duquennes…

Mathilde Méry

Après une scolarité en sport-études danse classique à Paris, Mathilde Méry intègre le cours Florent dès son bac en poche. Elle suit la formation classique, puis entre en deuxième année dans la toute première classe cinéma avant d’intégrer la Classe Libre en promotion 34 (2013-2015 ) auprès de Jean-Pierre Garnier, Volodia Serre, Marie-Armelle Deguy… À 21 ans, elle est admise à l’École du Nord (École professionnelle supérieure d’art dramatique) où elle a l’opportunité de travailler avec Cécile Garcia-Fogel, Christophe Rauck, Maguy Marin, Alain Françon, Guillaume Vincent, Lorraine de Sagazan… Elle interpréte Suzanne dans Le Pays lointain de Jean-Luc Lagarce, spectacle de sortie de la promotion 5 au Théâtre du Nord ainsi qu’au Festival d’Avignon 2018. Après quelques courts métrages, elle décroche en 2016 le premier rôle dans le long métrage Les Vivantes, de Leïla Daquin et Fanny Caillibot. Elle a l’occasion de tourner cette année avec Nathan Ambriosioni dans 3 jours en septembre.

Loïc Renard

Après des études de Lettres classiques, Loïc Renard se forme à l’école du Studio d’Asnières puis, entre 2010 et 2013, au Conservatoire national d’art dramatique dans les classes de Daniel Mesguich et Gérard Desarthe. Il a joué dans À Tire-d’Aile et À l’Ouest des terres sauvages, écrits et mis en scène par Pauline Bayle. Il a aussi travaillé sous la direction d’Anne-Laure Liégeois (Macbeth), et Patrick Sommier (La Veuve et le Lettré, avec le Théâtre Liyuan de Quanzhou en Chine). Il met en scène Hot House de Pinter en 2015, primé dans le cadre du prix Jeunes metteurs en scène du Théâtre 13. Il collabore également à la création de On dirait l’Odyssée de Yeelem Jappain en 2016, et met en scène La Nuit et les Autres, spectacle Jeune public, au Festival Lyncéus en 2018.

Vidéos