La Scala
13 Boulevard de Strasbourg
75010 Paris
  • Théâtre

Heureux les heureux

de Yasmina Reza
lecture par André Marcon
Carte blanche à Yasmina Reza
  • [Lecture]

Publié en 2013 aux Éditions Flammarion, Heureux les heureux, roman de Yasmina Reza, a connu aussitôt un grand succès public et critique – le livre a obtenu le Prix du Journal Le Monde l’année de sa parution. Traduit dans une vingtaine de pays, le voici donné à entendre pour la première fois sur une scène par la voix d’André Marcon. Venu au théâtre dans l’éblouissement des lumières du metteur en scène Jean Dasté sur une place de Saint-Etienne, où il est né, André Marcon est un homme de fidélités. Fidèle aux œuvres de Yasmina Reza d’abord, avec qui il a déjà partagé de belles heures de théâtre, depuis Une pièce espagnole, dans la mise en scène de Luc Bondy en 2004, puis Le Dieu du carnage (2008), Comment vous raconter la partie (2014), dans les mises en scène de Yasmina Reza elle-même, et aujourd’hui Dans la luge d’Arthur Schopenhauer ; fidèle aussi à celles de Valère Novarina (Le Discours aux animaux, inoubliable souvenir de théâtre), et bien sûr celles des principaux auteurs du répertoire classique et contemporain qu’André Marcon sert depuis toujours avec un talent sans pareil, sous la direction des plus grands metteurs en scène.

Distribution

lecture André Marcon

Production

La Scala Paris – Les Petites Heures

Biographie

André Marcon

Né en 1948, André Marcon a notamment travaillé au théâtre avec Bernard Sobel dans La Ville, de Paul Claudel, et Tartuffe, de Molière, avec Jean-Pierre Vincent dans Le Mariage de Figaro, de Beaumarchais, avec Roger Planchon dans No Man’s Land, de Harold Pinter, Dom Juan, de Molière et Andromaque, de Racine, également avec Georges Lavaudant dans Baal, de Brecht – Prix du meilleur comédien de l’année décerné par le Syndicat de la critique. Il a aussi travaillé avec Klaus Michael  Grüber dans La Mort de Danton, de Büchner, Peter Zadek dans Mesure pour mesure, de Shakespeare, Jacques Lassalle dans L’Heureux stratagème, de Marivaux, Alain Françon dans La Waldstein, de Jacques-Pierre Amette, Le Bruit de la fureur, d’après Faulkner, Visage de feu, de Marius von Mayenburg et Skinnerde, de Michel Deutsch, Bruno Bayen dans Faut-il choisir, faut-il rêver ? ; Plaidoyer en faveur des larmes d’Héraclite, de Bruno Bayen, Espions et Célibataires, d’Alan Bennett, Michelle Marquais dans Transat, de Madeleine Laïck, D’Honorables canailles, de Grégoire Csiky, Valère Novarina dans Je suis ; L’Origine rouge, Jean-Louis Benoît dans La Parisienne, de Henry Becque, François-Michel Pesenti dans Phèdre, de Racine, Didier Bezace dans Le Colonel Oiseau, de Hristo Boytchev, Luc Bondy dans Une pièce espagnole, de Yasmina Reza, Christophe Perton dans L’Annonce faite à Marie, de Paul Claudel, Frédéric Bélier-Garcia dans Dans la luge d’Arthur Schopenhauer, de Yasmina Reza, Marc Paquien dans La Ville, de Martin Crimp, Yasmina Reza dans Le Dieu du carnage

Il a mis en scène et interprété Le Monologue d’Adramelech et Le Discours aux animaux,  de Valère Novarina. Au cinéma, il a tourné sous la direction de Michel Deville, Alain Tanner, Jean-Luc Godard, Christine Pascal, Jacques Rivette, Marion Vernoux, Yves Angelo, Bianca Conti Rossini, Olivier Assayas, Vincent Pérez, Olivier Dahan, Luc Bondy, Bertrand Bonello, Lucas Belvaux, Mia Hansen-Løve…

André Marcon a reçu le Prix du Syndicat de la critique pour son interprétation dans Baal, de Brecht, et pour Le Discours aux animaux, de Valère Novarina.

A télécharger