La Scala
13 Boulevard de Strasbourg
75010 Paris
  • Rencontre

Éloge du risque

La Scala Paris et Le Cercle des économistes
Les Rencontres de La Scala
  • [Conférence]
  • [Débat]
  • [Rencontre]

Créer, innover, c’est accepter de prendre des risques. Sans risque, il ne peut y avoir d’invention, de rupture, de création radicalement nouvelle, d’expression de son originalité. Les entrepreneurs, comme les artistes, doivent en permanence composer avec l’incertitude, avec la crainte de l’échec dans leur recherche de nouveauté.

Pour discuter ce thème, trois temps de rencontre sont proposés :

14h45 – Débat d’ouverture

Entrepreneur, artiste : ces deux métiers diffèrent par leurs approches mais sont confrontés à des problématiques souvent similaires. Face au risque de ne pas trouver son public, de ne pas pouvoir aller au bout de son projet, comment se donner l’ambition de l’innovation, de l’invention ? La question peut être inversée : le risque pourrait bien être le moteur puissant qui pousse les créateurs à aller de l’avant, à faire des choix audacieux et, finalement, à créer pour surmonter l’incertitude.

15h45 – Bâtir sa vie dans une société du risque

Face à un contexte d’incertitude prononcée, bâtir sa vie devient particulièrement difficile. La pression du risque représente certainement une force, une motivation, pour la création. Mais sans assurance ou protection, ceux qui souhaitent créer hésiteront avant de s’engager dans une voie où une erreur peut être vécue comme un échec. L’entrepreneur et l’artiste sont-ils seuls face à ce défi ? La menace de l’échec est-elle la meilleure motivation pour encourager la radicalité de la création ou pousse-t-elle au contraire vers une approche pragmatique et commerciale de l’invention ? Quel doit être le rôle de la société dans la protection des forces créatrices sans pour autant brider leur créativité ?

16h45 – L’institution, meilleure ennemie du risque ?

Pour se protéger des risques, la première idée peut être de se tourner vers les institutions. Mais, en échange de leur protection, les institutions exigent souvent de la part du créateur qu’il lui présente des résultats tangibles, qu’il produise des indicateurs mesurables sur l’état de son travail et qu’il respecte des horizons de temps prédéfinis. L’institution, qui vise à garantir la sécurité du créateur ou de l’entrepreneur, forme aussi un cadre dont il est difficile de s’affranchir, risquant de brider la prise de risque et la radicalité de l’invention. L’institution est-elle un frein à la création ou une protection nécessaire face aux conséquences des risques pris par les créateurs ? Faut-il réinventer l’institution, pour permettre plus de liberté à ceux qui veulent innover, ou s’en affranchir complètement pour inventer sans contraintes ?

Distribution

débats animés par Laure Adler

intervenants :
Yann Algan, doyen de l’Ecole d’affaires publiques et professeur d’économie, membre du Cercle des économistes
Françoise Benhamou, professeure à l’Université de Paris XIII et à Sciences-Po, membre du Cercle des économistes
Mélanie Biessy, présidente de La Scala Paris, Senior Partner et COO de Antin Infrastructure
Geneviève Brisac, romancière
Nicolas Dufourcq, directeur général de la Banque publique d’investissement
Georges-Françoios Hirsch, ex-directeur général de la création artistique
Macha Makeïeff, metteuse en scène, directrice de la Criée, Théâtre national de Marseille
Françoise Nyssen, directrice des éditions Actes Sud, ancienne ministre de la culture
Claudia Senik, professeure à La Sorbonne Université et à la Paris School of Economics
Philippe Torreton, comédien

Production

Déroulé détaillé de l'évènement

  • 14h15 : Ouverture des portes au public
  • 14h30 : Accueil et ouverture de l’évènement par Mélanie Biéssy et Françoise Benhamou
  • 14h45 : Débat d’ouverture autour de deux grandes personnalités

Intervenants : Nicolas Dufourcq ; Philippe Torreton

 

  • 15h30  : Première table-ronde – « Bâtir sa vie dans une société du risque»
  • Intervenants : Mélanie Biessy; Macha Makeïeff ; Yann Algan

 

  • 16h15 : Seconde table-ronde – « L’institution, meilleure ennemie du risque ? »
  • Intervenants : Claudia Senik ; Georges-François Hirsch ; Geneviève Brisac ; Françoise Nyssen.

Engagement problématique de la saison 2

Créer, innover, c’est accepter de prendre des risques. Sans risque, il ne peut y avoir d’invention de rupture, de création radicalement nouvelle, d’expression de son originalité. Les entrepreneurs, comme les artistes, doivent en permanence composer avec l’incertitude, avec la crainte de l’échec dans leur recherche de nouveauté.

Pour discuter ce thème, trois temps de rencontre sont proposés :

14h45 – Débat d’ouverture

Entrepreneur, Artiste : ces deux métiers, diffèrent par leurs approches mais sont confrontés à des problématiques souvent similaires. En particulier, face au risque de ne pas trouver son public, de ne pas pouvoir aller au bout de son projet, comment se donner l’ambition de l’innovation, de l’invention ? La situation est cependant peut-être inverse. Le risque pourrait bien être le moteur puissant qui pousse les créateurs à aller de l’avant, à faire des choix audacieux et, finalement, à créer pour surmonter l’incertitude.

 

15h30 – Bâtir sa vie dans une société du risque

Face à un contexte d’incertitude prononcée, bâtir sa vie devient particulièrement difficile. La pression du risque représente certainement une force, une motivation, pour la création. Mais sans assurance ou protection, ceux qui souhaitent créer hésiteront avant de s’engager dans une voie où une erreur peut être vécue comme un échec. L’entrepreneur et l’artiste sont-ils seuls face à ce défi ? La menace de l’échec est-elle la meilleure motivation pour encourager la radicalité de la création ou pousse-t-elle au contraire vers une approche pragmatique et commerciale de l’invention ? Quel doit être le rôle de la société dans la protection des forces créatrices sans pour autant brider leur créativité ?

 

16h15 – L’institution, meilleure ennemie du risque ?

Pour se protéger des risques, la première idée peut être de se tourner vers les institutions. Mais, en échange de leur protection, les institutions exigent souvent de la part du créateur qu’il lui présente des résultats tangibles, qu’il produise des indicateurs mesurables sur l’état de son travail et qu’il respecte des horizons de temps prédéfinis. L’institution, qui vise à garantir la sécurité du créateur ou de l’entrepreneur, forme aussi un cadre dont il est difficile de s’affranchir, risquant de brider la prise de risque et la radicalité de l’invention. L’institution est-elle un frein à la création ou une protection nécessaire face aux conséquences des risques pris par les créateurs ? Faut-il réinventer l’institution, pour permettre plus de liberté à ceux qui veulent innover, ou s’en affranchir complètement pour inventer sans contraintes ?

Les Rencontres de la Scala : rappel de la Saison 1

Dès leur conception, les Rencontres de La Scala ont porté l’ambition de faire dialoguer la sphère créative et artistique avec le monde académique, institutionnel et entrepreneurial des économistes. Malgré la différence d’approche évidente entre ces deux mondes, leur dialogue est toujours fructueux. Loin de se contredire, leurs visions et réflexions se complètent et s’enrichissent. Le monde de l’art se doit d’inventer ses modèles économiques, tandis que l’économiste est sommé de prendre en compte les aspects culturels des sociétés qu’il cherche à comprendre et à analyser.

La première édition s’est ainsi penchée sur le renouvellement du modèle de création des œuvres. En particulier, la dichotomie entre le secteur public et le théâtre privé a démontré ses limites et de nouvelles initiatives, innovantes en termes de financement, font voler en éclats cette frontière. En parallèle, le numérique apporte de nouveaux moyens de création, de diffusion, d’information, de conservation de la mémoire des spectacles, de mutualisation des coûts. Ce sont donc de nouveaux modèles de diffusion et d’accès aux œuvres qu’il faut inventer entre le monde des écrans et celui des spectacles. Les dix intervenants de la première saison des Rencontres de la Scala ont ainsi échangé pour croiser leurs approches, leurs visions et leurs idées, démontrant ainsi la richesse et le foisonnement actuel des modèles de création.

A télécharger