Grande salle
13 Boulevard de Strasbourg 75010 Paris
  • Musique

Marie-Josèphe Jude

En famille
Les grands concerts du week-end !
Privilège Mélomane
  • [Musique classique]

Dates

dimanche 29 janvier Grande salle

Marie-Josèphe Jude réunit ses proches pour une fête du piano de une à huit mains autour d’un programme de transcriptions symphoniques qui se terminera en feu d’artifice avec une version originale d’extraits des 9 symphonies de Beethoven transcrites par Jean-François Heisser.

Programme

Federico Mompou Une main, Prélude pour la main gauche 
Chick Corea Deux mains, Children songs et improvisations jazz 
Jacques Offenbach Trois mains, Barcarolle des Contes d’Hoffmann 
Emmanuel Chabrier Quatre mains sur un piano, España 
Martial Solal Quatre mains sur deux pianos, Suite pour 2 pianos 
Manuel de Falla Six mains, Danse de la vida breve 
Camille Saint-Saëns Huit mains, 3ème symphonie (finale) 
Ludwig van Beethoven / Jean François Heisser Huit mains, Transcriptions des symphonies 

Privilège Mélomane

J’en profite

Distribution

Marie-Josèphe Jude − piano 
Michel Beroff − piano 
Denis Pascal − piano 
Charles Heisser − piano 

Partenariat

logo France musique

Biographies

Marie-Josèphe Jude
Née d’un père français et d’une mère sino-vietnamienne, c’est au Conservatoire de Nice que Marie-Josèphe Jude commence ses études musicales. Elle y reçoit une double formation de piano et de harpe. 

Artiste précoce, elle entre à l’âge de 13 ans au CNSMD de Paris en piano dans la classe d’Aldo Ciccolini. Elle y obtient ses premiers prix de piano et de musique de chambre 3 ans plus tard, ainsi qu’une licence de concert de l’École Normale de musique de Paris, en harpe. 

Elle décide alors de partir à Londres pour se perfectionner auprès de Maria Curcio, grande pédagogue, disciple d’Arthur Schnabel. 

Longtemps double instrumentiste, le choix du piano s’impose : elle est Lauréate du Concours International Clara Haskil de Vevey en 1989 et Victoire de la Musique en 1995. 

Sa carrière de soliste la mène dès lors dans les salles et festivals du monde entier, de Montpellier à Bath, de la Roque d’Anthéron à Kuhmo, de Bagatelle à Locarno, elle a collaboré avec l’Orchestre de Paris, l’Orchestre Philharmonique de Nice, l’Orchestre National de Lyon, Les Siècles, l’Orchestre Symphonique de Tours, l’Orchestre de l’Académie Chopin de Varsovie, du BBC Scottish Orchestra, l’Orchestre Symphonique de Bâle, l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, le Brussels Philharmonic Orchestra, le MDR Orchestra à Leipzig et joué sous la direction de J.Märkl, F.Brüggen, C.Dutoit, E.Krivine, F-X.Roth, J.-Y.Ossonce, J.Axelrod, A.Tamayo ou encore K.Weise. 

Chambriste confirmée, elle a partagé la scène durant de nombreuses années avec Laurent Korcia, Michel Portal, et retrouve régulièrement Xavier Phillips, Jean-Marc Phillips, Marc Coppey, Philippe Graffin, Gary Hoffmann, Stéphanie-Marie Degand, Mireille Delunsch, Delphine Haidan… 

Elle a également parcouru quasiment tout le répertoire à 2 pianos et 4 mains, en compagnie de Jean-François Heisser, Brigitte Engerer, Claire Désert, Elena Rozanova, et Michel Béroff. 

Enfin, passionnée de ballets, elle a joué pour de nombreux spectacles (le Sacre du printemps, les 4 tempéraments d’Hindemith, etc…) partageant la scène avec son frère Charles Jude, danseur étoile de l’Opéra de Paris et directeur du ballet du Grand Théâtre de Bordeaux de 1996 à 2017. 

Son répertoire de prédilection se reflète dans son importante discographie : l’intégrale de l’œuvre pour piano de BRAHMS (dont le dernier volume est prévu pour 2022), Clara SCHUMANN, MENDELSSOHN, BEETHOVEN, CHOPIN, mais aussi Henri DUTILLEUX, Maurice OHANA, BERG, JOLIVET, LISZT (en duo avec Michel Béroff).  

Un enregistrement de la Symphonie Fantastique de BERLIOZ à deux pianos avec Jean-François Heisser est paru en 2018 chez Harmonia Mundi. 

Plus récemment, le disque consacré aux « Flûte transcriptions », enregistré avec Raquele Magalhães pour NoMad Music a reçu un excellent accueil de la critique française et internationale.  

Depuis toujours, Marie-Josèphe Jude se consacre à l’enseignement : après avoir été professeure au CNSMD de Lyon, elle est nommée au Conservatoire National Supérieur de musique de Paris en 2016. Par ailleurs, elle a participé au jury du Concours Marguerite Long (novembre 2019) dont elle a opéré la présélection en allant auditionner les futurs candidats dans le monde entier. 

Présidente et directrice artistique de l’Académie Internationale d’été de Nice depuis 2017, Marie-Josèphe Jude a été nommée Chevalier de la Légion d’Honneur en juillet 2021. 

Charles Heisser 

Charles Heisser est un jeune pianiste polyvalent, qui mélange avec soin et intégrité ses différentes passions. Exploitant les répertoires variés allant du jazz au piano solo classique en passant par la musique de chambre, la création contemporaine et la composition. Il prend déjà part aux grands festivals français tels que le Nice Classic Live, le Festival Ravel à Saint-Jean de Luz ou encore Jazz à La Défense. On peut le retrouver en duo avec Chick Corea dans son dernier album solo « Plays » à la suite d’une improvisation partagée lors d’un concert à la fondation Vuitton. 

Il remporte en 2019 le concours international de Jazz de Crest avec son groupe Nota Bene et se retrouve la même année finaliste du concours Jazz à La Défense avec son groupe Epic Saga. Il continue d’élaborer sa palette de couleurs avec notamment le quartet de jazz fusion Nyouz (accompagné d’un sextuor à cordes), Angelo Maria (groupe d’afro-beat), Liréatok avec le percussionniste Aurélien Gignoux (programme alliant G. Ligeti, C. Corea et B. Bartok) et N.C.98 avec la pianiste Ninon Hannecart-Ségal (création contemporaine, répertoire XXème). 

Né en 1998, Charles Heisser est initié au piano dès l’âge de 5 ans, puis aux percussions lorsqu’il intègre le CRR de Paris dans la classe d’Anne-Lise Gastaldi. Il se sensibilise à ses côtés au langage contemporain lors du « Piano Project » — recueil de commandes à des compositeurs tels que G. Kurtag, P. Boulez etc. Il se retrouve pour la première fois sous les caméras à 11 ans en participant à une intégrale Chopin donnée dans la salle Pleyel (Paris), diffusée sur France 3. 

En parallèle, les rencontres déterminantes avec Martial Solal puis Manuel Rocheman l’incitent à commencer une formation en jazz, au Conservatoire du 9ème, puis au C.R.R. de Paris. Il obtient ses deux D.E.M, en classique et en jazz avant d’entrer dans les deux disciplines au CNSMDP. 

Il alimente aujourd’hui sa polyvalence et travaille le grand répertoire pianistique avec ses professeurs Denis Pascal et Varduhi Yeritsyan. 

Michel Béroff 

Michel Béroff est né à Epinal en 1950. Après un premier prix de piano au CNSM de Paris dans la classe de Pierre SANCAN en 1966, il se voit décerner l’année suivante le premier prix du premier concours international Olivier MESSIAEN. Il est depuis considéré comme l’un des plus importants interprètes de ce compositeur. 

La carrière de Michel Béroff l’a mené dans le monde entier, jouant avec les orchestres les plus prestigieux, sous la direction de chefs tels qu’Abbado, Barenboim, Bernstein, Boulez, Dohnanyi, Dorati, Dutoit,Eschenbach, Gielen, Inbal, Jochum , Leinsdorf, Masur, Ozawa,Previn, Rostropovitch, Sinopoli, Solti, Tennsted, Tilson-Thomas, Zinman. 

Ses activités de chambriste, l’ont amené à collaborer activement avec Martha Argerich , Barbara Hendricks , Jean-Philippe Collard , Lynn Harrell , Augustin Dumay , Pierre Amoyal.  

Artiste exclusif EMI pendant plus de vingt ans, Michel Beroff a effectué plus de 50 enregistrements, parmi lesquels les oeuvres intégrales pour piano et orchestre de Liszt, Prokofieff, et Stravinsky sous la direction de Kurt Masur et Seiji Ozawa, ainsi que des oeuvres de Bach, Brahms, Schumann, Dvorak, Moussorgsky, Saint-Saens, Debussy, Ravel, Messiaen, Stravinsky et Bartok. 

Pour Deutsche Grammophon, Michel Béroff a enregistré le concerto pour la main gauche de Ravel avec le London Symphony Orchestra sous la direction de Claudio Abbado. 
Pour la firme Denon, l’intégrale de la musique pour piano de Claude Debussy. 
Ses enregistrements ont été primés par cinq “Grand Prix du Disque”. 
Professeur au CNSM de Paris pendant plus de 25 ans, Michel Béroff a également consacré plusieurs années à la direction d’orchestre en dirigeant de nombreux prestigieux orchestres.  
En tant que membre du jury, il a participé à de nombreux concours internationaux, dont les concours Tchaïkovski, Van Cliburn, Leeds, Clara Haskil, Rubinstein et Marguerite Long, parmi d’autres. Beaucoup de ses élèves ont été lauréats ; le dernier en date est SeongJin CHO, vainqueur du concours Chopin de Varsovie.