Grande salle
13 Boulevard de Strasbourg 75010 Paris
  • Théâtre

Bérénice

Avec Carole Bouquet — Mise en scène par Muriel Mayette-Holtz
  • [Création]
  • [Théâtre]

Dates

jeudi 15 septembre Grande salle
vendredi 16 septembre Grande salle
samedi 17 septembre Grande salle
dimanche 18 septembre Grande salle
mardi 20 septembre Grande salle
mercredi 21 septembre Grande salle
jeudi 22 septembre Grande salle
vendredi 23 septembre Grande salle
samedi 24 septembre Grande salle
dimanche 25 septembre Grande salle
mardi 27 septembre Grande salle
mercredi 28 septembre Grande salle
jeudi 29 septembre Grande salle
vendredi 30 septembre Grande salle
samedi 1 octobre Grande salle
dimanche 2 octobre Grande salle
mardi 4 octobre Grande salle
mercredi 5 octobre Grande salle
jeudi 6 octobre Grande salle
vendredi 7 octobre Grande salle
samedi 8 octobre Grande salle
dimanche 9 octobre Grande salle
mardi 11 octobre Grande salle
mercredi 12 octobre Grande salle

Titus et Bérénice sont amoureux de longue date. Titus a même promis le mariage à sa reine de Palestine. Mais dès qu’il monte sur le trône, à la mort de son père Vespasien, Titus comprend que Rome n’acceptera jamais une reine étrangère pour régner à ses côtés. Il doit donc choisir entre amour et pouvoir et renonce à Bérénice. Antiochus, l’ami de Titus et amoureux en secret de Bérénice depuis longtemps, avoue son amour à la reine et décide de quitter Rome. Mais Titus lui demande de la soutenir et de l’accompagner, ce qui redonne un espoir vain à Antiochus. Cette tragédie est une histoire d’amour sans issue. Nos deux protagonistes accepteront héroïquement de suivre leur destin sans se donner la mort.

Distribution

Mise en scène Muriel Mayette-Holtz
Avec Carole Bouquet, Frédéric de Goldfiem, Jacky Ido, Augustin Bouchacourt et Ève Perreur 
Décor et costumes Rudy Sabounghi 
Musique original Cyril Giroux 

Dans les médias

Carole Bouquet porte remarquablement la tristesse majestueuse de son personnage. Nous plongeons tête la première dans cette symphonie des sentiments.

Anthony Palou, Le Figaro

Classique dans sa forme, la mise en scène ciselée de Muriel Mayette-Holtz révèle ses contours tragiques, noirs, dans les détails. Face à une majestueuse Bérénice qu’incarne Carole Bouquet, Frédéric de Goldfiem dévoile un jeu subtil et juste, dont le minimalisme maîtrisé fait mouche.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore, L'Œil d'Olivier

Production

Théâtre National de Nice

Partenariat

Biographies

Carole Bouquet – comédienne  

Après ses études, Carole Bouquet intègre rapidement le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. Elle est alors remarquée par Buñuel, qui la fait tourner dans Cet obscur objet du désir (1977) dans lequel elle partage le rôle principal féminin avec Angela Molina. James Bond girl dans Rien que pour vos yeux aux côtés de Roger Moore en 1981, Carole Bouquet incarne ensuite la Mort en personne dans Buffet froid de Bertrand Blier. La jeune actrice exerce ainsi un fort pouvoir de fascination, qu’elle met au service des œuvres les plus singulières, comme Le Jour des idiots de l’Allemand Werner Schroeter, Double messieurs (1986), deuxième opus du comédien Jean-François Stévenin ou encore le futuriste Bunker Palace Hotel (1989) de Enki Bilal. En 1985, elle est nommée au César du Meilleur second rôle pour Rive droite, rive gauche avec Gérard Depardieu, qu’elle retrouvera à l’occasion de Trop belle pour toi qui lui vaudra le César de la Meilleure actrice en 1989. Carole Bouquet s’adonne à tous les registres, elle prend part à des comédies acides telles que Tango (1993) de Patrice Leconte, elle incarne une grande figure de la Résistance dans Lucie Aubrac de Claude Berri (1997), une héroïne romantique dans Un pont entre deux rives (1999), film co-réalisé par Gérard Depardieu ou encore une épouse inquiète dans le thriller Feux rouges (2004) ou dans Wasabi de Luc Besson en 2001. En 2014, la comédienne est choisie pour présider la 31e cérémonie de remise des Césars avant de tenir le haut de l’affiche d’Aurore, le conte dansé de Nils Tavernier. Elle se prête également aux séries télévisées dans Rosemary’s Baby de Agnieszka Holland dans le rôle de Margaux Castevet (2014), Les hommes de l’ombre de Frederic Garson (2016) ou encore dans La Mante dirigée par Alexandre Laurent et plus récemment dans Voyez comme on danse en 2017, film de Michel Blanc. Enfin, sa carrière théâtrale lui permet d’endosser de grands rôles classiques du répertoire de Racine notamment Phèdre en 2002 mise en scène par Jacques Weber, Bérénice en 2008 mise en scène par Lambert Wilson, mais également dans un registre plus récent dans Home de David Storey en 2015 et dans Dispersion mise en scène par Gérard Desarthe en 2016. Nous avons eu le plaisir de la retrouver l’an dernier au cinéma dans le succès Chambre 212 de Christophe Honoré, ainsi qu’à la télévision dans les séries Grand Hôtel et En Thérapie. Cette année Carole Bouquet était à l’affiche du film de David et Stéphane Foenkinos, Les Fantasmes et nous la retrouverons prochainement dans la seconde saison d’En Thérapie diffusée prochainement sur Arte. 

Jacky Ido – comédien, réalisateur, scénariste et slameur  

Jacky Ido a grandi entre le Burkina Faso et la France. Sa passion du cinéma s’est nourri de cinéphilie. Enfant, il enregistrait des centaines d’heures de classiques de cinéma sur des VHS. À cette époque, il dévore Hitchcock, John Ford, Godard et Truffaut, Orson Welles, Kubrick, Satyajit Ray, Rajkapoor, Jacky Chan, Ousmane Sembene, Charles Bronson, Clint Eastwood, Spike Lee… Révélé en Allemagne avec The white massaï, ce film lance sa carrière à l’international et lui confère un profil de premier rôle au charisme et à la présence indéniable. Une exposition de plus grande ampleur vient alors aux États-Unis avec le rôle principal de la série Taxi Brooklyn diffusée sur NBC et produit par Luc Besson. Puis c’est au tour de The Catch de la célébrissime Shonda Rhimes (créatrice de Grey’s Anatomy, Scandal…). Le monde du Cinéma lui ouvre ses portes avec des films comme Inglourious Basterds de Quentin Tarantino, Ces amours là et Salaud on t’aime de Claude Lelouch, Aide- toi, le ciel t’aidera de François Dupeyron, présenté au Festival de Mons en 2009, Radio Stars de Romain Lévy, Lock out écrit et produit par Luc Besson. Des projets plus personnels lui tiennent aussi à cœur avec tout dernièrement La vie de château coréalisé par Modi Barry et son frère Cédric Ido. Une tranche de vie décapante et pleine d’humanité sur la vie du quartier Château d’eau à Paris. En 2019, Jacky Ido est à l’affiche du film italien Scappo a Casa avec Aldo Baglio, célèbre comique italien connu pour ses sketches hilarants avec Giovani et Giacomo, (l’équivalent italien des Inconnus en France), et de la série TV à suspens, The Widow, diffusée sur ITV et Amazon Prime, avec Kate Beckinsale. Passionné de langues, sa carrière l’emmène à jouer dans plus de dix langues différentes entre l’Europe, l’Asie et les États-Unis. 

Augustin Bouchacourt – comédien  

Après une formation de quatre ans au Cours Florent, sous les enseignements de Bruno Blairet, Jean-Pierre Garnier et Félicien Juttner, Augustin Bouchacourt enseigne ensuite lui-même dans plusieurs écoles de théâtre (Cours Florent, École Les Enfants Terribles et AICOM).
Il travaille ensuite sous la direction de plusieurs metteurs en scène, Antonin Chalon dans Léonie est en vacances, Marcus Borja dans Théâtre et Les Bacchantes, Jean-Claude Mouveaux dans Moi aussi je suis Barbara, Caroline Marcos dans Orphelins…. 

Depuis la rentrée 2020, il est comédien au sein de la troupe du TNN, sous la direction de Muriel Moyette-Holtz.  

Frédéric de Goldfiem – comédien  

Formé à la Comédie de Saint-Etienne, il sera comédien permanent sous la direction de Daniel Benoin. En 2099, il fonde Le Groupe avec Jonathan Gensburger et développe un travail sur les écritures du réel. Il a joué, entre autres, sous la direction de : Jacques Bellay, Anne-Marie Lazarini, Robet Cantarella, Daniel Benoin, Dusan Jovanovic, Krzystof Warlikowski, Antoine Bourseiller, Simon Eine, Matthieu Cruciani, Muriel Mayette-Holtz.  

Depuis la rentrée 2020, il est comédien au sein de la troupe du TNN, sous la direction de Muriel Mayette-Holtz.  

Ève Perreur – comédienne  

Après une formation au Conservatoire de Cergy-Pontoise, Ève Pereur a intégré l’ERACM (École Régionale d’Acteurs de Cannes-Marseille) de 2016 à 2019.  

Elle y a suivi des stages d’interprétation avec Annie Mercier, David Lescot, Richard Samut, Catherine Germain… et à participé aux créations, pour l’École, de Gurshad Shaheman, Emma Dante, Christophe Hocké ou encore Aurélien Desclozeaux.
Depuis la rentrée 2020, elle est comédienne au sein de la troupe du TNN, sous la direction de Muriel Mayette-Holtz.